Thomas Dutronc  » Live is Love » l’album

figarofr © YANN ORHAN Musicien minutieux et précis, Thomas Dutronc n’en demeure pas moins un vrai saltimbanque.
Le chanteur aime les tournées et préfère le travail de groupe au récital solitaire. Car à ses yeux, cela équivaut à «mêler l’amitié et le travail.» et de reconnaître que cela peut-être «réconfortant et rassurant».
Son dernier disque, Live is love est donc à l’image de cette personnalité qui mêle bonhomie, sens de la fête et rigueur artistique. Cerise sur le gâteau, ce nouvel opus paraît chez Blue Note, le fameux et mythique label jazz d’Universal.
Cela aura nécessité l’imprimatur des Américains, et Thomas n’en est pas peu fier, tant cette estampille représente l’ultime gage de reconnaissance de ses qualités de musicien.
Après son troisième album, Eternel jusqu’à demain, un disque «électrique» dit-il, pour lequel ses producteurs avait mis sur pied une tournée en grande pompe – mise en scène, éclairages, décors…- Thomas Dutronc a, cette fois, suggéré à sa maison de disques quelque chose de plus acoustique.Ainsi, avec son groupe «Les Esprits manouches», il a enchaîné une cinquantaine de concerts, plus intimistes, durant lesquels furent enregistrés les 15 titres de cet album qui mélange reprises et nouveautés. Résultat, un disque où la musique est libre et vivante, loin des formatages FM. Ni de la variété, ni vraiment du jazz.
Une chose est sûre cependant: il faut l’écouter dans de bonnes conditions. Le concert est idéal, la platine acceptable et le Smartphone à bannir. Thomas Dutronc, qui pourtant admet volontiers être accro à son appareil «dans lequel on peut y mettre tant de choses», l’affirme haut et fort: «rien ne vaut une sortie, un bistrot, un concert!».Prochains concerts les 1er, 2, 3 puis 29, 30 et 31 octobre au Flow à Paris  

François Delétraz